pacant


pacant

⇒PACANT, subst. masc.
Vx, pop. Paysan, homme grossier, lourdaud. Les demi-pacants, les riches paysans sont enragés; et contre qui? et où est la force réelle? (...) Mais bon Dieu! vous êtes abhorrés par toute la canaille; comment ne le voyez-vous pas? (STENDHAL, Corresp., 1818, p.61). Il n'était question que du sans-pareil, le gaillard aux membres d'acier, un paysan aussi, lui! car de semblables plantes ne poussent qu'au milieu des champs fécondés par les eaux fraîches des rivières et par les purs rayons du soleil! Il chassait de race, ce pacant! Aussi dur que le silex du sol natal (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p.247).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. 1798-1878. Étymol. et Hist. 1. 1567 pagan «paysan» (arg. de malfaiteurs de Suisse romande ds B. du Gloss. des patois de la Suisse romande t.2, 1903, p.69); ca 1570 à Metz pacant «homme du pays» (CARLOIX, Mém. de Vieilleville, l. V, ch. XIII ds GDF.); 1725 «paysan» (GRANDVAL, Le Vice puni, ou Cartouche, 109 ds IGLF, v. FEW t.16, p.607a, 608a, note 1 et ESN.); 2. 1790 «homme grossier, rustre» ([A.-F. LEMAIRE], Seconde lettre bougrement patriotique du véritable P.Duchesne, p.1). Orig. obsc. Un empr. à l'all. arg. Packan (att. au XVIIe s. ds WEIGAND) «assaillant, poursuivant», impér. subst. de anpacken «saisir» (suggéré par BEHRENS, Beiträge zur französischen Wortgeschichte und Grammatik, 1910, p.196 et repris par REW1-3, 6137, BL.-W.1-5 et FEW t.16, pp.607-608) s'explique difficilement en raison de la très large répartition du mot dans toute la France aux sens de «paysan» et de «rustre», v. FEW t.16, p.607 (Wartburg l'explique par la rapidité avec laquelle les mots d'arg. se propagent). Une survivance du lat. paganus «de la campagne, paysan» (v. païen) devenu pagan, puis, pour des raisons d'expressivité, pacan, pacant «paysan grossier, rustre» (hyp. de R. SINDOU ds Mél. Séguy (J.), t.2, pp.347-365) se heurte à la quasi disparition de pagan «paysan» en occitan (FEW t.7, p.466a) et supposerait un traitement particulier de [g] devant [a] dans le domaine d'oïl, et le maintien du sens lat. de «paysan» pour un mot qui n'aurait survécu qu'oralement.

pacant [pakɑ̃] n. m.
ÉTYM. XVIe, « lourdaud », in Esnault; repris 1790; mot régional (Nord, Est); p.-ê. argot all. Packan « gendarme », de anpaken « empoigner »; P. Guiraud le rattache aux dér. du lat pascere « paître », le pacant étant « celui qui mène paître les bestiaux ».
Vx (pop.). Homme grossier, rustaud.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pacant — (pa kan) s. m. Terme vieilli de mépris. Un rustre. HISTORIQUE    XVIe s. •   Oultre les intelligences dont il se vantoit de plusieurs pacants, qu il avoit là dedans, du nombre desquels sont les Tallanges, les Baudoiches et les Gornays, des plus… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PACANT — s. m. T. de mépris. Un manant, un homme grossier. Il est populaire et vieux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • péquenot — péquenaud, aude [ pɛkno, od ] n.; péquenot [ pɛkno ] n. m. • 1936, 1905; d un rad. pekk « petit, chétif » → 2. pékin ♦ Fam. et péj. Paysan, rustre. ⇒ bouseux, plouc. « un tas de péquenots qui me paient d une volaille ou d un panier de pommes » (… …   Encyclopédie Universelle

  • baratteur — ⇒BARATTEUR, EUSE, subst. A. Vx. Personne qui fabrique le beurre dans une baratte. B. TECHNOL., subst. fém. Baratteuse. Machine servant à baratter : • Il chassait de race, ce pacant! aussi dur que le silex du sol natal, et dont le père, on s en… …   Encyclopédie Universelle

  • Paquentin — Nom porté depuis plusieurs siècles dans le Pas de Calais. Variante : Pacquentin. Sens incertain. Peut être un dérivé de l ancien français pacant (= homme du pays, puis rustre). À envisager aussi le hameau du Picantin à Laventie (62) …   Noms de famille


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.